2009, Retour en France

De Almérimar à Cartagène

 

 

 

 

 

Nous repartons donc vers la France, départ difficile mais nécessaire, Alnair veut repartir, il en a besoin et nous aussi. Stephane a été reçu a ses test de sélection pour entrer en formation pour le brevet d'état plongée. Quant à moi, plusieurs idées me trottent dans la tête, je verrais donc sur place. Une chose est sûre, nous souhaitons continuer cette vie de gitans sur l'eau avec Al nair et nous ferons le maximum pour y arriver. Nous pensons que ce retour nous y aidera.

Première étape : Carthagène. un bon vent de sud nous y poussera. La météo avait dit vents forts, on aura eu un coup de vent comme il faut mais vents arriéres, moindre mal, ça pousse grave et c'est tout de même impressionnant, on fait du surf avec Al Na'ir, avec juste le foc de gros temps à poste, on marche à 6 noeuds. Ce n'est rien de dire que nous fumes contents d'arriver à bon port. Surtout qu'un coup de vent était attendu pour le lendemain matin, nouvelles angoisses durant toute une matinée, avec pertes de pares-battages, amarres qui cassent... Mais comme toujours le calme après la tempête.

 

--------------------------------------------------------------------------------------

 

De carthagène à La Javea

 

 

 

Nous quittons Carthagène contents et tristes, contents car le voyage continue et tristes car nous disons au revoir à l'adorable petite famille d'Antoine et Paul qui part en direction des Baléares. Ce sera donc une navigation d'environ 24 heures tranquille, sous le soleil, un peu de voile et un peu de moteur. Le paysage est très beau car vert et montagneux, cette fois ci nous jetterons l'ancre dans la baie bien protégée de Javea. Nous y resterons trois jours car pas de vent alors on profite. Il y a beaucoup d'étrangers, nous sommes dans une zone encore très touristique, pas grand chose de typiquement espagnol. La prochaine escale nous plaira beaucoup plus... A nous Peñiscola...

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

De la Javea à Peniscola

 

 

Ça y est, nous y sommes, Peñiscola. Après 24 heures de navigation et trois tours dans la darse pour enfin réussir à s'amarrer, pas facile de se mettre à couple d'un bateau plus gros sans prises apparentes extérieures, mais ce sera le prix de la gratuité et le résultat est là. Donc il s'agit d'un port de pêche, un vrai de vrai, à notre arrivée il était tout vide, heureusement d'ailleurs car pour les manoeuvres d'accostage cela aurait été beaucoup plus compliqué. Donc ça c'est à 5h, environ une heure après nous assistons à un balais de chalutiers, si si c'est très beau vu de notre pont... Ça rentre, ça s'amarre, ça décharge, et ce n'est pas finit, ça répare les filets jusqu'à la nuit pour remettre ça le lendemain, RESPECT... Et ils ne sont qu'une petite centaine à s'agiter... Tout cela se passe au pied de se magnifique rocher s'élevant à 64 mètres et certainement veillant sur tous ses hommes et femmes de mer. Ce rocher est couronné d'un superbe chateau forteresse "Papa Luna" du XIV siècle. Nous, on a adoré, se promener dans les petites ruelles tortueuses avec une vue splendide sur la Méditerrannée, sans oublier "El hogar del jubilado" (foyer des retraités), c'est pas cher et convivial, idéalement situé, à Peñiscola on peut y petit déjeuner et y manger pour peu et en compagnie de personnes de tous âges et de toutes nationalités, pour nous c'est l'endroit à ne pas manquer. Une fois repu on prend plaisir à déambuler dans la vieille ville, où pour les moins motivés par l'effort physique une petite baignade tranquille avec sieste à l'appui, pour nous ce sera les deux ou les trois, sachant que question baignade ce sera la dernière de l'année. Pour résumer il y en a pour tout le monde, c'est, d'après les on dit, le deuxième endroit le plus visité en Espagne après l'Alhambra de Granada, je n'ai pas vérifié mais j'aime à le penser donc venez voir par vous même.... et faites vous votre opinion. Cette escale aura également été riche en rencontre, Armelle et Jacques auront été adorables avec nous, et grace à eux nous aurons pû visiter un voilier en bois de 20 mêtres en chantier à Benicarlo, la tentation de prolonger notre séjour était grande mais comme toujours il faut repartir le coeur un petit peu gros jusqu'à la prochaine fois...

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

De Péniscola à Gruissan

 

 

 

Nous quittons Peñiscola le 1 novembre 2009, il nous reste donc une quinzaine de jours pour arriver jusqu'à Gruissan, la formation de moniteur de plongée de Stephane débute le 15, donc pas de panique on a le temps, enfin ça dépendra du "Temps"...Pour résumer nous slalomerons entre les coups de vent. Donc cap au Nord, façon de parler..., parfois Nord-Est, le voyage se découpera en trois escales, souvent forcées mais toujours appréciées. La première sera Cambrils, un coup de vent était annoncé un coup de vent est bien passé, escale sans grande importance, si ce n'est un super coucher de soleil le soir de notre départ, à toujours consommer sans modération... La seconde sera "Barcelona", arriver le matin très tôt avec le soleil nous sommes pressés d'accoster et visiter, sachant que l'escale durera une journée. Tout est "trop" à Barcelone et pour nous ce sera "trop" court, mais c'est sur on reviendra... La troisième et dernière escale espagnole sera Palamos, elle durera une semaine, pas le choix, le vent est là et souffle bien fort donc on prend sur nous et on espère la prochaine bonne fenêtre météo pour passer ce fameux Cap Creux. Enfin, elle finira par arriver, où plutôt c'est ce qu'ils disaient, toujours est-il que le vent qui était prévu de Sud-Est, pour un grand largue idéal, sera du Nord, et donc dans le nez. Après avoir pesté après cette fichue météo, ce qui ne sert à rien mais doit faire beaucoup de bien à Steph, on décide de s'éloigner un peu plus de la côte et tirer des bords afin de progresser dans notre périple, tout cela appuyé du moteur, histoire de mettre toutes les chances de notre côté. On y passera la nuit et au matin, Al Na'ir retrouvera le domaine maritime français après trois ans d'aventure. Plus qu'une journée de navigation et nous mettrons une parenthèse d'environ un an à notre vie de marin. Al Na'ir hivernera seul à Gruissan, pour nous ce sera un retour à la vie "normale" avec ses avantages et ses inconvénients. Vivement l'été 2010....... Mais d'ici là on profitera de la famille et d'une petite journée

au ski entre autre...                                                         

                                                              

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :