Carénage 2010 à Port Leucate

Publié le par alnair

Mercredi 17 novembre 2010, 10h45, nous larguons les amarres. Pas pour aller très loin, mais les sensations sont bien là et juste les ressentir fait du bien. Nous quittons le bassin Sud pour le bassin central et sa zone technique qui n'attend plus que nous pour le grand carénage. Al na'ir en a, plus, que besoin, les photos parlent d'elles-même, et nous lui devons bien ça. La journée sera plutôt stressante, tout d'abord le gruttage, un bateau qui vole c'est quand même pas normal... Ensuite l'installation sur le berre, quatre juste pour nous... Et enfin la découverte de l'état de la coque après deux ans et demi sans entretien.

 

Le bilan sera le suivant : Al na'ir pèse 14,5 tonnes et comme cadeau de Noël nous lui offrirons une belle nouvelle hélice qui brille.

 

Question boulot, nous serons trois, Hubert le papa de Stephane et nous deux, ça ne va pas chômer c'est moi qui vous le dis... Nous commencerons par un gros nettoyage au karcher et au grattoir. Puis ce sera le ponçage de toute la coque jusqu'au niveau du pont, d'abord la partie blanche, non immergée, ensuite la partie noire immergée, sans oublier les différentes ferrures (hein Mr Hubert...). Je m'occuperai de traiter le bois nu avec du minium (sans plomb) et Hubert les ferrures avec un antirouille approprié, pendant ce temps Stephane fera un peu de calefatage qu'il recouvrira de mastic. S'en suivra un leger nouveau ponçage, afin de lisser le tout, avant de mettre la première couche de peinture blanche. Afin d'aller le plus vite possible et rentabiliser le temps au maximum, rapellons que nous n'avons que 7 jours de gratuité après chaque journée à sec sera facturée 27 euros, donc nous n'avons pas le choix et en plus de cela le mauvais temps ne devrait pas tarder. Voilà pourquoi nous peindrons le côté babord avant le côté tribord, pendant que l'un se fait poncer l'autre se fait peindre, et pendant que l'autre se fait peindre l'un sèche et ainsi de suite... Sachant qu'il nous faut d'abord faire la partie blanche et ensuite la partie noire... Tout cela pour vous dire que l'on ne s'est pas ennuyé, que l'on est assez content de nous et du résultat et que six mains vallent mieux que quatre parfois alors un super grand MERCI à Hubert sans oublier Dominique qui aura accepté de nous le prêter un petit peu.

Juste pour info la peinture noire de protection de la coque immergée se nomme antifouling, il s'agit d'une peinture dite "antisallissures" destinée à empêcher les organismes marins à se fixer sur la coque du navire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article